Les troubles politiques dans le monde arabe par G Rousseau

Publié le par Lux

Depuis quelques mois, des troubles politiques extrêmement violents agitent certains pays situés au sud de la Méditerranée. Après avoir visé la Tunisie, avec succès puisque les trublions ont réussi en quelques semaines à obtenir le départ du Président Ben Ali, ils s'attaquent maintenant à l'Egypte. Que faut-il en penser et en quoi cela nous concerne-t-il ?

Il y a lieu de remarquer tout d'abord que les pays voisins de la Tunisie (Algérie et Maroc à l'ouest et Libye à l'est) et de l'Egypte (Jordanie et Syrie), ont trois caractéristiques communes : 1- la majorité de leur population vit dans une extrême pauvreté; 2- la quasi-totalité de leur population est de confession islamique; 3- les gouvernements de ces pays sont, à des degrés divers, des dictatures.

Une extrême pauvreté
Une très grande partie de la population de ces pays vit dans une extrême pauvreté. Les causes de cette misère se trouvent d'abord dans l'aridité du sol et dans une démographie galopante. Mais il faut les chercher surtout dans la mauvaise organisation économique et sociale qui règne dans ces pays. En particulier, les dirigeants de ces Etats ont succombé aux sirènes occidentales et se sont lancés dans un libéralisme radical. Et comme chacun le sait, dans un pur régime libéral, le nombre des riches augmente sensiblement tandis que le nombre des pauvres croît de manière vertigineuse... Alors que le prix des produits alimentaires de base (pain, huile, sucre, semoule, viande de mouton ... ) devrait depuis longtemps avoir été bloqué, les régimes en place ont laissé faire. Résultat : le prix de ces produits a explosé ! Comme le disait une brave "fatma" devant les caméras de télévision : "Je me fiche de savoir qui est au pouvoir, mais je veux pouvoir donner à manger à mes enfants" ! Qu'on me comprenne bien : je n'ai aucune sympathie pour les dirigeants corrompus de ces pays, qui s'enrichissent tandis que la plus grande partie de la population dont ils ont la charge souffre de la faim ! Mais nos Maîtres nous ont enseigné que la raison et l'expérience , et non les bons sentiments ou l'indignation, devaient guider notre démarche.

Le danger islamiste
Bien que, pour des raisons évidentes, les islamistes radicaux gardent un profil bas en ce moment, soyez sûrs qu'ils restent en embuscade. Ce sont des fanatiques qui ne rêvent que d'en découdre ! Or, comme par hasard, les dirigeants dont la population souhaite se débarrasser sont précisément ceux qui ont réussi depuis plusieurs années à obliger les islamistes radicaux à se taire. C'était le cas de Ben Ali, qui a purgé la Tunisie de ses islamistes radicaux. De même, c'est Moubarak qui tient tête depuis trente ans aux Frères musulmans en Egypte.

La responsabilité des occidentaux
Les dirigeants et les médias des pays occidentaux sont en partie responsables des troubles actuels. Parce qu'ils sont persuadés des vertus du libéralisme économique, ils n'ont pas assez attiré l'attention des dirigeants de ces pays sur le danger qu'ils encouraient en introduisant ce système chez eux. Ils auraient dus depuis longtemps conseiller à ceux-ci de bloquer le prix des produits alimentaires de première nécessité. Parce qu'ils ne connaissent pas les traditions des populations de ces régions, ils ont cru que les méthodes illusoires qui permettent aux prétendues " élites " de régner, grâce à la démocratie, sur les masses d'Amérique du nord et d'Europe, allaient pouvoir s'appliquer au - delà de la Méditerranée. Ils ont oublié qu'il a fallu plus de deux cent ans et d'innombrables péripéties tragiques pour acclimater, tant bien que mal, les processus démocratiques chez les peuples occidentaux.

Le danger de la démocratie
Alors que la démocratie montre déjà ses défauts dans les pays riches dont la population bénéficie d'une certaine éducation, on peut être sûr que l'introduction brutale de ce système dans des pays dont une énorme partie de la population vit dans une extrême pauvreté et est totalement illettrée, aboutira à une catastrophe. On va remplacer un régime autoritaire dont les élites étaient éblouies par l'Occident par une dictature qui s'appuiera sans nuance sur la loi islamique. Rappelez-vous qu'il y a moins de vingt ans en Algérie, une guerre civile atroce a commencé parce que, cédant aux recommandations des Occidentaux, les dirigeants de ce pays ont accepté de faire des " élections libres ". Hélas, après le premier tour de ces élections, on s'est aperçu que les listes des islamistes radicaux avaient obtenu la majorité. Alors, on a annulé le scrutin et la guerre civile a débuté. De même, lorsque, il y a quelques années, on a voulu faire des élections libres dans la bande de Gaza, ce sont les représentants du Hamas, la branche la plus radicale des Palestiniens, qui ont été élus.

Vous allez me dire que j'exagère, que je me laisse emporter par mon horreur des révolutions ? Il n'en est rien. Ce n'est qu'une constatation fondée sur des faits réels et vérifiables. Par un instinct grégaire, la foule suit ses leaders d'autant plus aveuglément que leur discours est plus extrémiste. Sans même remonter jusqu'à 1933, qui a vu l'avènement en Allemagne d'Adolf Hitler, non par un coup d'état militaire comme le croient les ignorants, mais très légalement par des "élections libres", pensez à la révolution islamique de 1979 en Iran qui, avec l'aide des capitales occidentales, a obligé le Shah a abdiquer. Qu'est devenu ce malheureux pays ? Il est depuis lors en proie à un affreux terrorisme d'Etat, celui des mollahs

Ce qui risque de nous arriver
Nul ne peut dire, au moment où j'écris ces lignes, comment ce processus de déstabilisation de la rive sud de la Méditerranée se terminera et quelles en seront les conséquences pour notre pays. Puisque la révolution a atteint l'Egypte, il n'est pas inutile de rappeler que cinq millions de tonnes de pétrole, soit environ 5% de la production mondiale, transitent chaque jour par le canai de Suez. Pensez à ce qui arriverait si, l'Egypte étant par hypothèse aux mains des Frères musulmans, ceux-ci coupaient le canal ? N'oubliez pas non plus que, qu'on le veuille ou non, le sort de la France est lié à celui des pays du Maghreb. Je rappelle que notre pays compte déjà plus de six millions de musulmans, soit plus de dix pour cent de sa population. Si la situation économique et l'instabilité politique empirent dans les pays d'Afrique du Nord, je vous laisse imaginer la vague énorme d'immigrants qui voudront s'enfuir de cette région et qui se dirigeront tout droit vers l'Europe et en particulier vers la France ... Le président Sarkozy devrait réfléchir aux conséquences d'un tel bouleversement avant de pousser en avant, pour des raisons idéologiques, les plus excités des révolutionnaires du monde arabe. Il devrait bien aussi mettre un peu d'ordre dans les radios et télévisions publiques françaises, qui soutiennent sans arrêt la cause des révolutionnaires. Il faut savoir raison garder.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article