Editorial : La France et les Roms

Publié le par Lux

 

Depuis deux mois, les lobbies qui rêvent d'en finir avec notre pays, se déchaînent contre le gouvernement Sarkozy, parce que ce dernier , dans le cadre de ses tentatives pour récupérer les voix du Front National, s'en est pris aux immigrants illégaux Roms !

 

Examinons ces différents problèmes. Tout d'abord, le Président Sarkozy, toujours aussi bas dans les sondages, s'est rendu compte que, sans toutes les voix qui, au deuxième tour de 2007, s'étaient portées sur lui, et en particulier les voix des électeurs de Jean - Marie Le Pen, il n'avait aucune chance d'être réélu en 2012. D'où des tentatives dérisoires pour récupérer cet électorat. Par exemple, celle, initiée il y a quelques mois par des parlementaires U.M.P., tendant à faire interdire le port du voile intégral. On se moque du monde! D'après vous, qu'est-ce qui est le plus grave ? Que quelques centaines de femmes d'origine maghrébine souhaitent porter la burqua ou qu'on ait laissé s'installer en France plus de six millions de musulmans ?

 

L'affaire des Roms
De même, Nicolas Sarkozy a profité de l'émoi suscité par les violences et l'attaque d'une gendarmerie qui ont été effectuées les 17 et 18 juillet à Saint-Aignan - sur - Cher par " des Gens du Voyage ", pour lancer une offensive contre les Roms installés illégalement en France. Son féal Brice Hortefeux, ministre de l'Intérieur, s'est lancé aussitôt dans la fermeture de quelques uns des six cents camps illégaux de Roms et dans le renvoi de ces personnes dans leur pays d'origine, principalement la Roumanie. Il faut savoir qu'autrefois il y avait en France environ quatre cent mille " Gens du Voyage ", mais que ceux-ci vivaient dans notre pays depuis des siècles, possédaient pour la plupart la nationalité française et que seulement un tiers d'entre eux était encore de véritables nomades. Mais, depuis l'entrée dans l'Europe de la Bulgarie et surtout de la Roumanie, un nombre considérable de Roms originaires d'Europe de l'Est, se dirigent vers notre pays. Pourquoi ce tropisme ? Parce que tous les candidats à l'immigration savent que l'on peut entrer en France sans difficulté ( Merci à l'Europe de Schengen ! ), et qu'une fois installé ici, on peut bénéficier d'allocations et d'aides multiples. En particulier, une loi de 1990 ( la " Loi Besson " ) oblige toutes les communes de plus de cinq mille habitants d'aménager des aires d'accueil, dotées d'eau courante et de sanitaires, destinées à recevoir les caravanes des Gens du Voyage. Mais beaucoup de communes, même celles dirigées par des municipalités de gauche, n'appliquent pas cette législation. D'où la multiplication ces dernières années de campements ou de bidonvilles illégaux.

L'anti-France s'émeut !
Quoiqu'il en soit, dès l'annonce des premières opérations d'évacuation de quelques campements illégaux et de la reconduite à la frontière de quelques centaines de Roms, les éternels pleurnicheurs se sont émus ! Signalons à ce sujet que la quasi totalité des médias, qu'il s'agisse de la presse écrite, de la radio ou des chaînes de télévision ( et surtout, assez curieusement, les chaînes publiques ) se sont fait remarquer par leur partialité anti-française ! Non seulement la gauche et l'extrême -gauche s'en sont donné à cœur joie, non seulement elles ont été précédées ou suivies par leur habituels compagnons de route, mais même quelques personnes n'en faisant pas partie mais qui sans doute trouvent qu'on ne parle pas assez d'elles, les ont rejointes dans cet exercice de compassion - spectacle… C'est ainsi que Dominique de Villepin s'est permis de dire que la manière dont on traite ces Roms est "une tache sur le drapeau français". Que n'a-t-il exprimé cette indignation vertueuse pour la manière abominable dont l'armée française a traité les Harkis en 1962, qui, elle, représentait une véritable tache sur notre drapeau ! Mais ici, nous parlons d'étrangers qui acceptent d'être renvoyés chez eux moyennant paiement d'une prime et qu'on transporte par avion jusqu'à leur pays d'origine, le tout à nos frais ! On est stupéfait d'entendre Bernard Kouchner, Fadela Amara et Hervé Morin, pourtant ministres du même gouvernement que Monsieur Brice Hortefeux, comparer sérieusement ce traitement de faveur avec celui que les nazis réservaient aux Roms ! Les médias ont même essayé d'enrôler dans cette croisade ridicule le pape Benoît XVI, alors qu'il n'a pas dit un mot des Roms !                                  

Ces jérémiades n'attirent pas grand monde
Malgré l'intense propagande déclenchée pendant un mois sur ce thème, les réunions de protestations organisées par les lobbies n'ont pas fait recette. Au total quelques dizaines de milliers de personnes, toujours les mêmes, dans vingt - cinq ou trente manifestations au quatre coins du pays, cela faisait plutôt maigre… En fait, l'opinion publique en général, et beaucoup d'élus locaux, et notamment les maires et conseillers municipaux, de gauche ou de droite, sont excédés par les occupations illégales de terrains, sans parler du saccage, assez fréquent, des salles d'eau et des sanitaires aménagés conformément à la loi Besson..

L'effet électoral de ces mesures est très faible
Les sondages les plus récents montrent que, sur le plan de l'opinion, ces mesures n'ont qu'un impact très limité. La cote de confiance du Chef de l'Etat a remonté depuis un mois de quatre points, mais elle part d'un niveau si bas que l'écart est presque imperceptible. Sa cote n'atteint que trente pour cent, alors que le nombre des personnes n'ayant pas confiance en lui est de soixante - sept pour cent ! Autant dire que Nicolas Sarkozy devra faire beaucoup plus en matière de sécurité et d'immigration s'il veut remonter la pente… Le Président ne va pas pouvoir se contenter de " mesurettes " s'il veut être réélu. Il va lui falloir vraiment mouiller sa chemise , et " ne pas faire semblant ", s'il veut récupérer les voix des “Lepénistes” ! 

Vers la fin du régime
L'affaire des Roms a montré que la position de Nicolas Sarkozy est tellement faible que désormais, tout le monde s'y met ! On s'aperçoit que la majorité présidentielle prend l'eau de toutes parts… Cela donne des ailes à Monsieur Juppé, qui se verrait bien à la place de Monsieur Fillon, et à Monsieur Coppé, qui se verrait bien à la tête d'un ministère… Ne parlons pas des centristes, et de bien d'autres qui pensent déjà à quitter un navire en perdition ! Bref, on a bien l'impression que nous nous retrouvons dans une situation que l'on a connu plusieurs fois dans l'histoire récente de la France, par exemple en juin 1940 ou en mai 1958 : le pouvoir légal est au bout du rouleau… Et il ne s'agit pas spécialement d'une question de personne, pas plus qu'il ne s'agissait du sort personnel de Paul Raynaud en 1940 ou de Pierre Pflimlin en 1958 : il s'agit de la fin du régime !
Georges Rousseau

Publié dans Actualité nationale

Commenter cet article