Le mythe napoléonien

Publié le par Lux

 

 

 Quelques uns de nos hommes politiques – à vrai dire très rares - ont réussi à se transformer de leur vivant en légendes, puis après leur mort, en véritables mythes : c’est le cas de Napoléon, qui, cent quatre-vingt six ans après sa mort, est toujours porté aux nues par une partie non-négligeable des français.



Entendons-nous bien : il ne s’agit pas de nier le génie militaire de Napoléon, ni surtout son extraordinaire sens de l’opportunité, son fameux « coup d’oeil » qui lui permettait en un instant d’évaluer une situation et de la transformer en victoire… Non, ce qu’on ne comprend pas, c’est comment cet homme a réussi si longtemps à faire considérer par une partie non-négligeable des français, d’hier et encore d’aujourd’hui, son aventure personnelle, c’est-à-dire une espèce de tragi-comédie sanglante, démesurée et rococo, comme une épopée digne de notre Nation !

 

 

Une très courte durée

Cette remarque est encore plus éclairante quand on pense à la très courte durée de l’aventure napoléonienne : en effet, il s’est écoulé seulement seize ans entre le 18 brumaire (1799) et Waterloo (18 juin 1815). Considérez cette faible durée à l’aune de l’Histoire…   Comparez-là au siècle de Louis XIV et à celui de Louis XV ! Qu’est-ce que Napoléon a bâtit pendant toute cette période ? Deux arcs de triomphe ! Et surtout lorsque, en dignes disciples de Charles Maurras, nous essayons de jauger l’aventure napoléonienne par rapport à l’intérêt national, nous découvrons que l’Empire a laissé derrière lui une France ruinée, exsangue, ayant perdu, pour la gloire, plus de soldats que pendant la guerre de 14 – 18 ! Et cette France, détestée par la plupart des peuples européens au moins autant que l’a été plus tard l’Allemagne nazie, a été tenue en lisière par les alliés pendant plusieurs décennies !

 

                                                                                                           L’Europe allemande

 

Ajoutons que nous avons payé chèrement les modifications de la carte politique de l’Europe, car l’unité allemande découle des coups de crayon de l’Empereur.  La suite de cette unité, c’est trois guerres franco-allemandes (1870,1914, 1939 ) qui ont laissé, non seulement la France et l’Allemagne, mais l’ensemble du continent européen, ruiné et sans force face à des concurrents extérieurs.  Mais surtout, le résultat catastrophique de l’aventure napoléonienne a été d’acclimater durablement les idées révolutionnaires dans notre pays. Si Napoléon n’avait pas existé, la révolution aurait fini dans un immense chaos plein d’horreurs, de corruption et de désordres, de sorte que la restauration des Bourbons aurait pu s’effectuer dans les esprits, sous forme de contre-révolution. On ne peut pas réécrire l’Histoire,  mais au moins, on doit la connaître !

 

                                                                                Georges Rousseau

                                                                                    La Restauration Nationale

Publié dans Histoire

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article